14 janvier 2018

Luz ou le temps sauvage (Luz jak światło) - Elsa Osorio

Après la lecture de "La garçonnière" d'Hélène Grémillon qui évoque les atrocités de la dictature en Argentine dans les années 1970, on m'a conseillé de lire "Luz ou le temps sauvage" qui est une véritable plongée dans cette époque-là.

Nous faisons connaissance de Luz à Madrid. Elle y rencontre un certain Carlos qui est en réalité son père biologique, retrouvé après de longues recherches. Luz est une jeune épouse et maman épanouie qui découvre à l'âge adulte qu'elle était la fille d'opposants politiques, l'un de ces "bébés volés" donné en adoption à un couple proche d'un militaire haut gradé. C'est seulement à la naissance de son fils qu'elle commence à se douter de quelque chose et avec beaucoup d'obstination se met à enquêter sur ses origines.

C'est à Carlos que Luz confie ses recherches depuis sa naissance et jusqu'à son adolescence et sa vie d'adulte. Son histoire personnelle est étroitement liée avec celle de son pays, une Argentine sous le joug de la dictature militaire. Le récit de Luz nous plonge dans ces temps pleins d'abominations faites aux prisonniers politiques (détention dans des camps, tortures, disparitions) et dans les recherches des disparus par les "Grands-mères de la place de Mai". Ce livre relate ces tristes événements mais il est aussi une véritable quête d'identité et l'histoire de familles déchirées.

Malgré plusieurs fils narratifs et de nombreux protagonistes je m'y suis facilement retrouvée et j'avais du mal à lâcher ce roman qui est absolument passionnant. Un récit bouleversant fait de rebondissements et de drames. Un de mes coups de cœur de l'année dernière et je me réjouis de la parution d'un nouveau roman d'Elsa Osorio prévue pour ce mois de janvier.

Métailié - 2000 - 356 pages - traduit de l'espagnol par François Gaudry


Luz
jak światło

Jeszcze do niedawna tak naprawdę nie miałam pojęcia do jakich okrucieństw doszło w Argentynie w latach siedemdziesiątych za czasów dyktatury wojskowej. Po przeczytaniu jednej z francuskich powieści, która nawiązywała do tych tragicznych wydarzeń, polecono mi sięgnięcie po "Luz jak światło" Elsy Osorio, która jest jeszcze bardziej wstrząsająca.

Luz jest młodą mężatką i mamą rocznego synka. Poznajemy ją w trakcie podróży do Madrytu, gdzie spotyka się z niejakim Carlosem, który w rzeczywistości jest jej biologicznym ojcem. Luz już jako dorosła kobieta po wielu poszukiwaniach dowiaduje się, że jako niemowlę została adoptowana  i pozbawiona swojej prawdziwej tożsamości a jej rodzicami byli opozycjoniści wojskowej junty.

To w trakcie rozmowy z Carlosem dowiadujemy się o wielu szczegółach z życia Luz; jej narodziny i pierwsze dni życia owiane tajemnicą, okres dojrzewania i wreszcie pierwsze kroki w dorosłość. Jej losy są ścisle związane z historią Argentyny z okresu dyktatury wojskowej. Jej opowieść niezwykle realistycznie opisuje tamte czasy nie szczędząc drastycznych detali. Więzienie, tortury a nie rzadko śmierć groziły wszystkim, którzy nie zgadzali się z rządami wojskowych. Tysiące ofiar, z którymi niewiadomo co się tak naprawdę stało, setki niemowląt odebranych zamordowanym rodzicom i ich rodziny pozostawione bez jakichkolwiek wieści, to Argentyna sprzed czterdziestu lat. 

Elsa Osorio niezwykle ciekawie odtwarza tamtą smutną rzeczywistość ale "Luz jak światło" jest także historią o skomplikowanych rodzinnych relacjach i o poszukiwaniu własnej tożsamości. Naprzemienna narracja, wydarzenia przedstawione z różnych punktów widzenia, sporo interesujących postaci i narastające napięcie sprawiają, że książkę czyta się jak bardzo dobry thriller, którego nie ma się ochoty przerwać. Jest to jedna z moich najlepszych przeczytanych powieści ubiegłego roku i na pewno sięgnę po inne pozycje tej pisarki, niestety nie po polsku bo jak do tej pory tylko ta książka doczekała się polskiego tłumaczenia.

Wydawnictwo Foksal - 2012 - 452 strony - tłumaczenie Wojciech Gilewski


11 janvier 2018

Ma PAL mise à jour - ogromny stosik




Un mélange de titres français et polonais soit 146 titres, un peu plus qu'au début de l'année écoulée. En 2017 j'ai réussi à sortir 24 livres de ma PAL, cette année je vais essayer de faire encore mieux sans pour autant me priver des sorties à la librairie ou à la médiathèque. Si vous aimez les lectures communes (j'en ai déjà prévu quelques-unes dans les mois qui viennent avec JosteinKathel et Sentinelle) n'hésitez pas à me le faire savoir.

Mój ogromny stosik liczący dokładnie 146 książek czyli mieszanka polskich i francuskich tytułów. Sama nie wiem jak to się stało, ze urósł do takich rozmiarów. Nie wiem czy uda mi się za rok zejść poniżej setki bo przecież nie pozbawię się przyjemności z pójścia do biblioteki czy księgarni. W każdym bądź razie będę się starać.



Olivier Adam - A l'abri de rien
Olivier Adam - Les lisières  - lecture commune avec Jostein le 29/03
Olivier Adam - Le cœur régulier
Vincent Almendros - Ma Chère Lise
Nathacha Appanah - En attendant demain
Elizabeth von Arnim - Avril enchanté (Zaczarowany kwiecień)
Margaret Atwood - Opowieść podręcznej (La servante écarlate)

Jo Baker - Une saison à Longbourn (Dworek Longbourn)
Muriel Barbery - L'élégance du hérisson (Elegancja jeża)
Joanna Bator Ciemno, prawie noc 
Joanna Bator - Chmurdalia
Jeanne Benameur - Otages intimes
Jeanne Benameur - Profanes
Philippe Besson - En l'absence des hommes (Pod nieobecność mężczyzn)
Miguel Bonnefoy - Sucre noir
Adrien Bosc - Constellation
Nina Bouraoui - Beaux rivages
Joseph Boyden - Dans le grand cercle du monde
Jessie Burton - Muza (Les filles au lion)

Lise Charles - Comme Ulysse
Philippe Claudel - L'arbre du pays Toraja
Paulo Coelho - Adultère (Zdrada)
Anne Collongues - Ce qui nous sépare
Jackie Copleton - La voix des vagues

Jacek Dehnel  - Balzakiana
Grégoire Delacourt - Les quatre saisons de l'été
Grégoire Delacourt La liste de mes envies (Lista moich zachcianek)
Nicolas Delesalle - Un parfum d'herbe coupée
Luca Di Fulvio - Le gang des rêves
Thérèse Duquesnoy - L'Embaumeur

Jean Echenoz - Les grandes blondes 
Katarzyna Enerlich - Rzeka ludzi osobnych

Alice Ferney  - La conversation amoureuse
Elena Ferrante - Historia zaginionej dziewczynki (L'enfant perdue)
Gustave Flaubert - L'Éducation sentimentale (Szkoła uczuć)
David Foenkinos - Le mystère Henri Pick
Ken Follett - Le Scandale Modigliani (Skandal z Modiglianim)
Irène Frain - Secret de famille

Jérôme Garcin - Le voyant
Romain Gary (Emile Ajar) - La vie devant soi (Życie przed sobą)
Tess Gerritsen - Grawitacja (Chimère)
Peter Geye - L'homme de l'hiver  - lecture commune avec Kathel le 04/02
Elizabeth Gilbert - L'Empreinte de toute chose (Botanika duszy)
Guinevre Glasfurd - Les mots entre mes mains
Vivian Gornick - Attachement féroce
Graham Green - Le dixième homme (Dziesiąty człowiek)
John Green - Nos étoiles contraires (Gwiazd naszych wina)
Manuela Gretkowska - Światowidz
Magdalena Grzebałkowska - Beksińscy, portret podwójny
Jean-Michel Guenassia - La valse des arbres et du ciel - lecture commune avec Jostein le 26/04
Małgorzata Gutowska Adamczyk - Cukiernia pod Amorem - Zajezierscy

Kristin Hannah - Słowik (Le chant du rossignol)
Gail Honeyman - Eleaonor Oliphant va très bien (Eleanor Oliphant ma się całkiem dobrze)
Michel Houellebecq - La carte et le territoire (Mapa i terytorium)
Siri Hustvedt - Un été sans les hommes (Lato bez mężczyzn)
Angela Huth - Les filles de Hallows Farm

Arnaldur Indridason - La cité des jarres
John Irving - L'oeuvre de Dieu, la part du Diable (Regulamin tłoczni win)
Susan Isaacs - Kompromitacja (Positions compromettantes)

Grażyna Jagielska - Miłość z kamienia (L'amour de pierre)
Grażyna Jeromin-Gałuszka - Bardzo długie przebudzenie
Grażyna Jeromin-Gałuszka - Kobiety z czerwonych bagien
Grażyna Jeromin-Gałuszka - Długie lato w Magnolii
Jonas Jonasson - Stulatek, który wyskoczył przez okno i zniknął (Le vieux qui ne voulait pas fêter son anniversaire)

Małgorzata Kalicińska - Lilka
Anna Kamińska - Wanda
Laura Kasischke - Les revenants
Maylis de Kerangal - Réparer les vivants (Reperować żywych)
Douglas Kennedy  - Une relation dangereuse
Yasmina Khadra - La dernière nuit du Raïs
Yasmina Khadra - Ce que le jour doit à la nuit ( Co dzień zawdzięcza nocy)
Hubert Klimko - La maison de Róża (Dom Róży)
Justyna Kopińska - Polska odwraca oczy
Marek Krajewski - W otchłani mroku
Wojciech Kuczok - Gnój
Ewa Kujawska - Dom Małgorzaty

Camilla Lackberg - Pogromca lwów (Le dompteur de lions)
Sylvie Le Bihan - Qu'il emporte mon secret
Pierre Lemaitre - Koronkowa robota (Travail soigné)
Doris Lessing - Pamiętnik przetrwania (Mémoires d'une survivante)
Charlotte Link - Ostatni ślad (La dernière trace)
Jack London - Martin Eden

Henning Mankell - Un paradis trompeur (Wspomnienia brudnego anioła)
Tamara McKinley - Le chant des secrets
Francesca Melandri - Plus haut que la mer
J.A. Michener  - Pologne
Katarzyna Berenika Miszczuk - Szeptucha
Edward Kelsey Moor - Les suprêmes (Trio z Plainview)
Liane Moriarty - Le secret du mari
Kate Morton - L'enfant du lac (Dom nad jeziorem)
Kate Morton - Dom w Riverton (Les brumes de Riverton)
Xavier de Moulins - Charles Drapper
Jojo Moyes - Avant toi (Zanim się pojawiłeś)
Remigiusz Mróz - Zaginięcie
Hanni Munzer -  Miłość w czasach zagłady
Wiesław Myśliwski - Kamień na kamieniu

Irène Némirovsky - Le vin de solitude
Irène Némirovsky - Les Mouches d'automne
Gaëlle Nohant - La part des flammes
Maria Nurowska - Miłość rano, miłość wieczorem

Arto Paasilinna - La douce empoisonneuse
Piotr Paziński - Pension de famille (Pensjonat)
Iain Pears - L'affaire Raphaël 
Patrycja Pelica- Ritterowie
Arturo Perez Reverte - Szachownica flamandzka (Le tableau du Maître flamand)
Katja Petrowskaja - Peut-être Esther
Jerzy Pilch - Moje pierwsze samobójstwo
Evelyne Pisier, Caroline Laurent - Et soudain, la liberté
Katarzyna Puzyńska - Motylek

Dorit Rabinyan - Sous la même étoile (Żywopłot)
Léonor de Recondo - Rêves oubliés
Erich Maria Remarque - La nuit de Lisbonne (Noc w Lizbonie)
Thomas B. Reverdy - Les évaporés
Virginia Reeves - Un travail comme un autre
Pillip Roth - Exit le Fantôme (Duch wychodzi)
Jean Christophe Rufin - La Salamandre
Barbara Rybałtowska - Koło graniaste

Kristina Sabaliauskaite - Silva Rerum
Kazuki Sakuraba - Czerwone dziewczyny (La légende des Akakuchiba)
Jean-Luc Seigle - Je vous écris dans le noir
Isaak Bashevis Singer - Sztukmistrz z Lublina (Le magicien de Lublin)
Andrzej Stasiuk - Nie ma ekspresów przy żółtych drogach
Andrzej Stasiuk - Opowieści galicyjskie (Contes de Galicie)
John Steinbeck - Na wschód od Edenu (A l'est d'Eden)
Jon Kalman Stefansson - D'ailleurs les poissons n'ont pas de pieds
Durian Sukegawa - Les Délices de Tokyo
Magda Szabo - Abigaël (Tajemnica Abigael)

Chantal Thomas - L'échange des princesses
Olga Tokarczuk - Prawiek i inne czasy
Olga Tokarczuk - Księgi jakubowe
Olga Tokarczuk - Bieguni (Les Pérégrins) - lecture commune avec Sentinelle le 18/02
Valérie Tong Cuong - Pardonnable, impardonnable (Wypadek)
Karine Tuil - L'Insouciance
Karine Tuil - Six mois, six jours

Didier Van Cauwelaert - Corps étranger
Didier Van Cauwelaert - Un aller simple (Bilet w jedną stronę)
Krzysztof Varga - Allée de l'Indépendance (Aleja Niepodległości)
Mario Vargas Llosa - Ciotka Julia i skryba (La tante Julia et le scribouillard)
Angelique Villeneuve - Nuit de septembre

Herbjorg Wassmo - Cent ans (Stulecie)
Sarah Waters - Du bout des doigts (Złodziejka)
William Wilkie Collins - La dame en blanc (Dama w bieli)
Elżbieta Wojnarowska Anemony

Alice Zeniter - Juste avant l'Oubli
Markus Zusak - La voleuse de livres (Złodziejka książek)
Stefan Zweig - La confusion des sentiments

6 janvier 2018

Dygot - Jakub Małecki

Podczas gdy wszyscy się zachwycali "Rdzą" ja zdecydowałam się sięgnąć po równie zachwalaną wcześniejszą powieść Jakuba Małeckiego. Tym samym miniony rok zakończyłam bardzo pozytywnym akcentem bo "Dygot" okazał się moim absolutnym hitem 2017 roku.

Poznajemy naprzemiennie losy dwóch polskich trochę nietypowych rodzin, od czasów przedwojennych po współczesność. Milka Gelda w dzieciństwie cudem uniknęła śmierci po wybuchu niewypału i po tym nieszczęśliwym wypadku pozostały jej szpetne blizny na całym ciele. Wiktor Labendowicz jest albinosem dzielnie stawiającym czoła nieustającym obelgom i zaczepkom ze strony otoczenia. Tych dwóch wyrodków, naznaczonych przez los, połączy miłość, chwilowe wytchnienie w ich niełatwym żywocie.

Jakub Małecki pisze w taki sposób, że ani na chwilę nie miałam ochoty przerwać tej fascynującej wiejskiej eskapady po Wielkopolsce. Sięgając po "Dygot" możemy przeczytać o polskiej wsi, takiej jaka była i pewnie ciągle gdzieś tam jest (biednej i zabobonnej) i takiej, jaka nam się marzy (autentycznej i magicznej). Tragizm w połączeniu ze sporą dawką humoru okazał się świetną kombinacją bo bulwersujące losy bohaterów i kumulację nieszczęść równoważą czasami wręcz komiczne sytuacje. Całości dopełnia rodzinna tajemnica i kryminalny wątek. 

Jest to osobliwa historia o życiu, które zatacza krąg, o cierpieniu i radości, o ludzkich pragnieniach i słabościach. Niezwykła atmosfera, niecodzienne postaci, świetny język, po prostu wspaniała książka.

Wydawnictwo SQN - 2015 - 320 stron

2 janvier 2018

Mes envies de lecture - rentrée littéraire de janvier

Quelques titres de la rentrée littéraire de janvier qui me tentent beaucoup.


Couleurs de l'incendie de Pierre Lemaitre (Albin-Michel - 03/01/2018) parce que j'ai envie de connaître la suite de "Au revoir là-haut".
Février 1927. Le Tout-Paris assiste aux obsèques de Marcel Péricourt. Sa fille, Madeleine, doit prendre la tête de l'empire financier dont elle est l'héritière, mais le destin en décide autrement. Son fils, Paul, d'un geste inattendu et tragique, va placer Madeleine sur le chemin de la ruine et du déclassement.Face à l'adversité des hommes, à la cupidité de son époque, à la corruption de son milieu et à l'ambition de son entourage, Madeleine devra déployer des trésors d'intelligence, d'énergie mais aussi de machiavélisme pour survivre et reconstruire sa vie. Tâche d'autant plus difficile dans une France qui observe, impuissante, les premières couleurs de l'incendie qui va ravager l'Europe.Couleurs de l'incendie est le deuxième volet de la trilogie inaugurée avec Au revoir là-haut, prix Goncourt 2013, où l'on retrouve l'extraordinaire talent de Pierre Lemaitre.
Une vie comme les autres de Hanya Yanagihara (Buchet-Chastel - 04/01/2018 - 816 pages - traduit de l'anglais par Emmanuelle Ertel) parce que ce roman a été un énorme succès en Pologne en 2016.



Épopée romanesque d’une incroyable intensité, chronique poignante de l’amitié masculine contemporaine, Une vie comme les autres interroge de manière saisissante nos dispositions à l’empathie et l’endurance de chacun à la souffrance, la sienne propre comme celle d’autrui. On y suit sur quelques dizaines d’années quatre amis de fac venus conquérir New York. Willem, l’acteur à la beauté ravageuse et ami indéfectible, JB, l’artiste peintre aussi ambitieux et talentueux qu’il peut être cruel, Malcolm, l’architecte qui attend son heure dans un prestigieux cabinet new-yorkais, et surtout Jude, le plus mystérieux d’entre eux. Au fil des années, il s’affirme comme le soleil noir de leur quatuor, celui autour duquel les relations s’approfondissent et se compliquent, cependant que leurs vies professionnelles et sociales prennent de l’ampleur. Révélant ici son immense talent de styliste Hanya Yanagihara redonne, avec ce texte, un souffle inattendu au grand roman épique américain.


La Mise à nu de Jean-Philippe Blondel (Buchet-Chastel - 04/01/2018 - 225 pages) parce que j'aime beaucoup cet auteur.

Louis Claret est un professeur vieillissant qui habite en province. Séparé de sa femme depuis quelques années, ses filles vivant désormais des vies très différentes de ce qu’il avait imaginé, il se laisse bercer par le quotidien. C’est sans réfléchir et pour remplir une soirée bien vide qu’il se rend au vernissage d’une exposition de peintures d’Alexandre Laudin - un ancien élève, jadis très effacé mais devenu une célébrité dans le monde artistique. Il ne se figure pas un seul instant à quel point ces retrouvailles avec Laudin vont bouleverser sa vie. La Mise à nu parle de ce qu’on laisse derrière soi, au bout du compte. Des enfants. Des amis. Des livres ou des tableaux...Jean-Philippe Blondel, dans une veine très personnelle, évoque avec finesse ce moment délicat où l’on commence à dresser le bilan de son existence tout en s’évertuant à poursuivre son chemin, avec un sourire bravache.



Les Loyautés de Delphine de Vigan (Lattès - 03/01/2018 - 208 pages) parce que j'ai beaucoup aimé "Rien ne s'oppose à la nuit".

«  J’ai pensé que le gamin était maltraité, j’y ai pensé très vite, peut-être pas les premiers jours mais pas longtemps après la rentrée, c’était quelque chose dans sa façon se tenir, de se soustraire au regard, je connais ça, je connais ça par cœur, une manière de se fondre dans le décor, de se laisser traverser par la lumière. Sauf qu’avec moi, ça ne marche pas.»Théo, enfant du divorce, entraîne son ami Mathis sur des terrains dangereux. Hélène, professeur de collège à l’enfance violentée, s’inquiète pour Théo  : serait-il en danger dans sa famille  ?Quant à Cécile, la mère de Mathis, elle voit son équilibre familial vaciller, au moment où elle aurait besoin de soutien pour protéger son fils.Les loyautés sont autant de liens invisibles qui relient et enchaînent ces quatre personnages.

Double fond d'Elsa Osorio (Métailié - 18/01/2018 - 400 pages - traduit de l'espagnol par François Gaudry) parce que "Luz ou le temps sauvage" a été mon coup de cœur de 2017.

Qui est Juana ? Une militante révolutionnaire qui a trahi ? Une mère qui échange sa vie contre celle de son enfant ? Ou la prisonnière d’un cauchemar qui tente de survivre ?Une femme, médecin sans histoire, est retrouvée noyée près de Saint-Nazaire. La jeune journaliste locale ne croit pas à la thèse du suicide et remonte le fil : elle découvre l’horreur de la dictature argentine, et un étrange échange de mails entre un jeune homme en colère et une femme qui a bien connu cette période. Parallèlement, une mère raconte à son fils pourquoi il a dû grandir sans elle. Perdue dans les marécages de la dictature militaire, cette militante révolutionnaire a échangé sa liberté contre la vie de son enfant et accepté de collaborer avec la dictature, en particulier au Centre pilote de Paris. Traître aux yeux de tous, avec la survie pour seul objectif, elle va disparaître. Elsa Osorio construit un kaléidoscope vertigineux et bouleversant. Les péripéties s’enchaînent, haletantes : tortionnaires mafieux, violence, passion amoureuse, habileté à jouer avec les identités clandestines, dans un intense suspense psychologique. L’auteur de Luz ou le temps sauvage atteint ici le sommet de son art de romancière profonde et habile.« Comme pour tous les romans d’Elsa Osorio, il n’y a qu’une manière de définir celui-ci : indispensable. » Luis Sepúlveda


Krivoklat de Jacek Dehnel (Noir sur Blanc - 15/02/2018 - 160 pages - traduit du polonais par Marie Furman-Bouvard) parce que c'est un auteur polonais et j'ai beaucoup aimé un autre de ses romans.

Krivoklat, citoyen autrichien, est à nouveau interné en institution psychiatrique. À chaque fois qu’il en sort, il réitère son geste fou : asperger ou tenter d’asperger d’acide sulfurique un chef-d’œuvre de l’art occidental. Son idée fixe est de celles qui vous donnent du talent. Son tourment, sa colère noire, sa passion déchirante, il nous les expose dans un monologue torrentiel, atrabilaire, drôle à pleurer – que l’auteur a conçu comme un hommage amusé au grand Thomas Bernhard (1931-1989). Bien entendu, le crime est passionnel : c’est par amour que Krivoklat vandalise, persuadé que seule la perte, la catastrophe, pourra réinvestir l’icône de son caractère unique, irremplaçable. Dehnel s’amuse, mais il nous livre aussi une réflexion passionnante et passionnée sur l’art et sa puissance. L’art dont on se protège en le photographiant, en le filmant, en en faisant des reproductions à l’infini. Et si Krivoklat déverse des flots de haine sur la société occidentale, hypocrite et vénale, il nous fait également partager sa connaissance intime du geste créateur. À travers l’évocation de son amour défunt, à travers aussi son amitié pour un artiste de génie, Zeyetmayer, interné comme lui, Krivoklat nous fait toucher du doigt ce qui, dans le chef-d’œuvre, nous révèle à notre humanité.

Chanson de la ville silencieuse d'Olivier Adam (Flammarion - 03/01/2018 - 224 pages) parce que c'est un de mes auteurs français préférés.

Je suis la fille du chanteur. La fille seule au fond des cafés, qui noircit des carnets, note ce qu’elle ressent pour savoir qu’elle ressent. Je suis la fille dont le père est parti dans la nuit. La fille dont le père a garé sa voiture le long du fleuve. La fille dont le père a été déclaré mort. Celle qui prend un avion sur la foi d’un cliché flou. Celle dans les rues de Lisbonne, sur les pentes de l’Alfama. Qui guette un musicien errant, une étoile dépouillée d’elle-même, un ermite qui aurait tout laissé derrière lui. La fille qui traverse les jardins, que les vivants bouleversent, que les mots des autres comblent, la fille qui ne veut pas disparaître. Qui peu à peu se délivre.