29 mai 2016

Brillante - Stéphanie Dupays

Ce n'est pas le titre ni la couverture du livre qui risquaient d'attirer mon attention. Heureusement, quelques avis plutôt flatteurs que j'ai eu l'occasion de lire, m'ont donné envie de me faire ma propre opinion sur "Brillante" de Stéphanie Dupays.

Claire est une jeune femme ambitieuse à qui tout réussit. Sa vie professionnelle est un succès jusqu'au moment où elle commence à faire de l'ombre à sa supérieure hierarchique. Placardisée, elle se retrouve dans une situation qu'elle n'accepte pas et qui la rend malade.

J'ai trouvé très intéressante cette plongée dans un monde qui m'est totalement étranger et qui n'a pour moi rien d'attrayant. Un univers impitoyable et souvent injuste où il n'y a pas de place pour une erreur ou quelconque faiblesse. Même s'il ne me fait pas rêver, j'ai admiré le parcours de Claire, une perfectionniste sûre de ses capacités qui ne laisse rien au hasard. Je me suis retrouvée un peu dans ses souvenirs de jeune fille de province éblouie par les lumières de la capitale.

J'ai lu ce premier roman de Stéphanie Dupays avec beaucoup d'intérêt. Sa description sans complaisance de l'entreprise moderne et d'une vie centrée sur le travail, le succès et le bien-être matériel est plutôt réussie.

Quatrième de couverture:
Claire est une trentenaire comblée. Diplômée d'une grande école, elle occupe un beau poste dans un groupe agroalimentaire où elle construit sa carrière avec talent. Avec Antonin, cadre dans la finance, elle forme un couple qui est l'image du bonheur parfait. Trop peut-être.
Soudain, Claire vacille. Au bureau, sa supérieure hiérarchique lui tourne ostensiblement le dos, de nouvelles recrues empiètent sur ses dossiers, elle se sent peu à peu évincée. Après une phase de déni, Claire doit se rendre à l'évidence: c'est la disgrâce
Elle qui a tout donné à son entreprise s'effondre. Va-t-elle à exister sans "briller"? Que vont devenir ses liens amicaux et amoureux fondés sur un même idéal de réussite?
Satire sociale grinçante, "Brillante" traite de la place qu'occupe le travail dans nos vies, de la violence au travail - et notamment de celle faite aux femmes, et de ses répercussions intimes.

Mercure de France - 2016 - 192 pages


Livreaddict   
Micmélo littéraire
COULEUR chez Enna

10 commentaires:

  1. C'est une démonstration brillante que nous fait Stéphanie Dupays. J'ai adoré ce bouquin dont l'univers ne m'est pas étranger et dont les situations évoquées m'ont beaucoup parlé. Une des très belles découvertes des 68 premières fois.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Sans 68 premières fois, je serais sûrement passée à côté de ce roman, ce qui aurait été dommage.

      Supprimer
  2. Le billet de Nicole m'avait déjà convaincue - même si je ne l'ai toujours pas lu.
    Mais tu as raison : la couverture n'est vraiment pas convaincante, pour le coup ! On dirait qu'on va lire de la new romance !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. A part cette couverture un peu trompeuse, rien à dire, le reste est bon.

      Supprimer
  3. Je l'ai noté sur d'autres blogs, tant pis pour la couverture si le contenu est bon !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est un peu dommage quand-même...

      Supprimer
  4. Le sujet me rappelle trop de mauvais souvenirs donc je passe.

    RépondreSupprimer
  5. Je suis ravie qu'il t'ait plu. Et vive les 68 premières fois !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est sûr que sans les 68 premières fois et ses quelques critiques, je ne l'aurais pas repéré.

      Supprimer