1 juin 2018

Testament à l'anglaise (Rodzinna afera) - Jonathan Coe

Après avoir lu "La Maison du sommeil" de Jonathan Coe que j'ai beaucoup aimé je me suis dit que je poursuivrais la découverte de cet auteur. L'occasion s'est présentée quand "Testament à l'anglaise" a été sélectionné par les membres du Blogoclub pour la lecture commune du 1er juin.

Dans ce pavé de plus de 600 pages on fait connaissance avec quelques membres d'une illustre famille de l'aristocratie anglaise. Les Winshaw aiment par dessus tout le pouvoir et l'argent. Tous les moyens sont utilisés pour parvenir à leurs fins. Seule Tabitha Winshaw, considérée comme folle, fait de l'ombre au parfait tableau familial. C'est elle qui est à l'initiative de la rédaction d'une véritable chronique sur sa famille qu'elle méprise profondément. Elle soupçonne que la mort d'un de ses frères n'est pas accidentelle et elle confie ce travail d'enquête à Michael Owen, un écrivain méconnu du grand public. Tout en pénétrant dans l'intimité du clan Winshaw c'est aussi son histoire qu'on découvre.

En dépeignant avec férocité une famille dont plusieurs membres occupent des postes stratégiques dans la finance, le gouvernement et les médias, Jonathan Coe s'attaque à tout le système d'un état moderne où seuls l'argent et la soif du pouvoir comptent véritablement. Dans chaque portrait plus cynique l'un que l'autre il dénonce l'immoralité, la brutalité et la cruauté de certains hauts responsables. Ecrit dans les années 90 ce roman fait écho à l'ascension de Saddam Hussein, l'invasion du Koweït par l'Irak et l'implication britannique dans la Guerre du Golfe, mais 30 ans plus tard le monde n'a pas tellement changé. Il y a donc beaucoup de politique, un peu trop à mon goût et certains passages m'ont un peu ennuyée mais l'intrigue est parfaitement ficelée, la manière dont l'auteur a lié l'histoire des Winshaw à celle de Michael est remarquable sans parler de la partie finale qui m'a bluffée. 

Oscillant entre polar captivant et satire décapante de la haute société britannique ce roman globalement m'a beaucoup plu mais j'ai été moins intéressée par certains développements politiques. Tout compte fait ma préférence va à ma précédente découverte de Jonathan Coe mais je ne m'arrêterai pas en si bon chemin.

Folio - 1997 - 688 pages
Traduit par Jean Pavans




21 commentaires:

  1. Comme toi, j'ai été intéressée par ce roman captivant et décapant en effet, et j'y ai trouvé quelques longueurs (mais plutôt en ce qui concerne l'économie que la politique qui m'intéresse). Je compte aussi en découvrir d'autres du même auteur !

    RépondreSupprimer
  2. J'ai adoré ce roman que j'ai trouvé brillant. Un de ses meilleurs, d'après moi.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Brillant, oui. Je l'aurais trouvé presque parfait mais à mon goût il y a un peu trop de politique.

      Supprimer
  3. Du même auteur, je te conseille "La pluie avant qu'elle tombe", il devrait beaucoup te plaire.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je pense que ce sera mon prochain roman de cet auteur.

      Supprimer
  4. c'est marrant : le premier Coe que j'ai lu était aussi "La maison du sommeil" que j'avais adoré (!) et le second "Testament à l'anglaise". Un auteur qui ne m'a déçu qu'avec "La vie très privée de..." (mais je n'ai pas lu non plus.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. As-tu lu La pluie avant qu'elle tombe?

      Supprimer
    2. Non, je ne crois pas... Et je ne suis pas certaine qu'il me tente - si c'est bien celui auquel je pense.

      Supprimer
  5. Comme Krol, pour moi c'est brillantissime et si je les lis tous depuis, il reste mon préféré de Jonathan Coe ; l'un des 10 romans que j'emporterais avec moi sur une île déserte ... :-)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je suppose que tu guettes déjà son prochain roman... :-)

      Supprimer
  6. oh j'avais adoré, justement, ce mélange des genres est si savoureux! Mais si tu as préféré ton 1er, tu me donnes encore plus envie de le lire!

    RépondreSupprimer
  7. J'ai découvert l'auteur avec ce roman que j'avais adoré.

    RépondreSupprimer
  8. Je ne peux pas te conseiller sur ce que tu pourrais lire par la suite, car je les aime tous, j'adore cet auteur. D'ailleurs il faut que j'achète Expo 58 que je n'ai pas encore lu.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Encore une grande amatrice du talent de Jonathan Coe! :-)

      Supprimer
  9. Mon premier Jonathan Coe, que j'ai lu à sa sortie quand j'étais ado, et j'avais adoré! je te conseille également son diptyque Bienvenue au Club/ Le Cercle Fermé.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Il faudra que je rattrape mon retard ;-)

      Supprimer
  10. Bonjour Edyta, j'ai découvert Jonathan Coe avec ce roman il y a plusieurs années. Depuis, je les ai tous les lus. Testament à l'anglaise est une peinture au vitriol. Mention spéciale à Dorothy Winshaw, c'est un monstre épouvantable. http://dasola.canalblog.com/archives/2015/02/06/31466441.html Bonne journée.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Tu as raison, quelle famille de monstres!

      Supprimer