27 février 2017

Le Garçon - Marcus Malte

Le Garçon n'a pas de nom et ne prononce aucun mot. Isolé du monde dans son enfance, il est obligé de l'affronter en suivant son instinct, à la mort de sa mère. Depuis un village perdu, à travers la montagne du Jura jusqu'à une belle maison de campagne puis des quartiers bourgeois parisiens jusqu'aux tranchées de la 1ère Guerre le lecteur traverse la France sur une période d'une trentaine d'années.

Certains passages de cette fable pleine de poésie m'ont touchée mais d'autres m'ont lassée. Si ce personnage solitaire est surprenant et original, il n'a pas suscité assez d'empathie pour que je m'y attache. J'ai beaucoup aimé la période où il est accueilli par les habitants d'un village perdu ou quand il parcourt la montagne dans une roulotte en compagnie de Brabek mais les passages sur la guerre et ses atrocités m'ont parfois ennuyée par quelques longueurs.

L'écriture est remarquable, très sensuelle quand elle décrit l'amour entre le Garçon et Emma, vive et acerbe quand il s'agit des abominations de cette guerre et de ses sacrifices parfois inutiles. Très admirative de cette narration à portée universelle, je suis pourtant restée à côté de cette histoire qui ne m'a pas enthousiasmée autant que je l'aurais souhaité.

Petit accent polonais:
La mère d'Emma, Laure Koslowski, était la veuve d'un diplomate d'origine polonaise avant d'épouser Gustave Van Ecker, le père d'Emma.

Quelques citations:
... souvent compte davantage l'idée qu'on se fait des choses que les choses elles-mêmes.
L'homme peut tout inventer. Il peut tout créer et il peut tout détruire. Au choix. C'est lui, c'est lui seul qui a la boule d'argile au creux de sa main. Que va-t-il en faire? Faut voir... Tout dépend, en fait, de la sorte d'homme à qui appartient la main. Si c'est un savant. Si c'est un soldat. Et si c'est un poète?
Il n'existe aucune autre créature sur terre, disait le médecin, qui puisse s'enorgueillir de mettre autant d'intelligence, autant d'imagination, autant de talent dans la façon d'occire son prochain. Aucune qui consacre autant de temps et de moyens à la destruction de ses propres congénères.
J'ai partagé cette lecture avec Jostein, Eimelle et Joëlle qui l'ont beaucoup aimée.

 Prix Femina 2016

✮✮✮✩✩
Présentation de l'éditeur: Il n’a pas de nom. Il ne parle pas. Le garçon est un être quasi sauvage, né dans une contrée aride du sud de la France. Du monde, il ne connaît que sa mère et les alentours de leur cabane. Nous sommes en 1908 quand il se met en chemin, d’instinct. Alors commence l’épreuve du monde : la rencontre avec les hommes – les habitants d’un hameau perdu, Brabek, l’ogre des Carpates, lutteur de foire philosophe, Emma, mélomane et si vive, à la fois sœur, amante et mère. « C’est un temps où le garçon commence à entrevoir de quoi pourrait bien être, hélas, constituée l’existence : nombre de ravages et quelques ravissements. » Puis la guerre, l’abominable carnage, paroxysme de la folie des hommes et de ce que l’on nomme la civilisation.
Itinéraire d’une âme neuve qui s’éveille à la conscience, émaillé d’expériences tantôt tragiques, tantôt cocasses, et ponctué comme par interférences des petits et grands soubresauts de l’Histoire, le Garçon est l’immense roman de la condition humaine.
Zulma - 2016 - 544 pages


20 commentaires:

  1. Les différentes étapes et facettes de style m'ont permis de garder un intérêt constant pour cette lecture. L'écriture frénétique pour les scènes d'amour et de guerre m'a porté au-delà des mots. Mais si cela ne prend pas le pas sur la lecture, je peux concevoir que l'on ressente quelques longueurs.
    Merci de nous avoir accompagnées pour cette lecture commune

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je regrette de ne pas partager vos avis.

      Supprimer
  2. Un roman qui marque longtemps... Quelle puissance !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Il ne m'a pas vraiment marquée, dommage.

      Supprimer
  3. Tiens, un avis plus mitigé ! Je crois bien que c'est le premier que je lis... Ca change. C'est intéressant.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui, du coup, je me sens un peu isolée ;-)

      Supprimer
  4. un livre qui suscite beaucoup d'enthousiasme sur la blogo, mais je n'arrive pas à franchir le pas pour le lire...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J'aurais bien aimé connaître ton avis.

      Supprimer
  5. Aucun bémol de mon côté, tout m'a enthousiasmé dans ce livre, le style (ou plutôt devrais-je dire les styles tant l'écriture s'adapte aux différentes étapes de l'apprentissage du Garçon), le regard sur le monde, la richesse du propos. Sur une île déserte, je suis certaine de ne pas m'ennuyer en relisant indéfiniment ce livre aux multiples facettes.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je me rappelle très bien, c'est justement après avoir lu ton avis que je l'ai demandé au Père Noël.

      Supprimer
  6. intéressant avis! Pour ma part, j'ai beaucoup aimé!

    RépondreSupprimer
  7. Ravie d'avoir fait cette lecture avec toi.
    Ne te sens pas isolée, c'est tout à fait normal que les avis divergent parfois, je dirai même heureusement !

    RépondreSupprimer
  8. Tu dois être en effet la première à ne pas être très enthousiaste sur ce roman... Mais j'ai l'impression qu'il règne quand même une ambiance assez particulière, à laquelle on accroche... ou pas !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. En effet, le charme n'a pas vraiment opéré cette fois-ci.

      Supprimer
  9. Réponses
    1. J'ai remarqué que souvent nous avis se rejoignaient... Il faudrait que je jette un coup d’œil sur tes lectures avant chaque passage à la librairie ou à la bibliothèque ;-)

      Supprimer
  10. Plus enthousiaste que toi mais je comprends tes bémols. Moi aussi j'aurais aimé l'aimer + !

    RépondreSupprimer