4 janvier 2017

L'ombre de nos nuits - Gaëlle Josse

Un petit livre à trois voix qui alterne le présent et le passé du temps de Louis XIII. 

C'est en regardant un tableau du peintre lorrain Georges de la Tour que la narratrice, de passage au Musée de Beaux Arts de Rouen, se rappelle son ancien amour. Un amour aveugle et intense mais à sens unique qu'on veut oublier dès que l'espoir d'un partage en retour s'évanouit.

J'aime les romans inspirés des tableaux. Je me suis donc intéressée davantage à la partie historique du "L'ombre de nos nuits" qui évoque le travail de Georges de la Tour sur "Saint Sébastien soigné par Irène". Bien plus que les souvenirs d'un amour blessant, j'ai apprécié les passages sur la passion de la peinture et la création d'un tableau, narrées par l'auteure qui prête sa voix tantôt à Georges de la Tour, tantôt à son apprenti Laurent. 

J'ai bien aimé ce petit aperçu historique de la première moitié du XVII ème siècle avec sa vie quotidienne et le voyage de Georges de la Tour à Paris en pleine Guerre de Trente Ans. Les interventions du jeune orphelin Laurent, amoureux de Claude, la fille du maître et confronté à la jalousie d'Etienne, le fils du peintre, apportent une touche sensuelle au récit face au rigorisme du père et maître.

L'ensemble, très poétique, se lit avec intérêt mais ce texte ne m'a pas touchée autant que je m'y attendais.

✮✮✮✩✩

Quatrième de couverture:
Deux récits se dessinent dans L’ombre de nos nuits, avec au centre un tableau de Georges de La Tour. En 1639, plongé dans les tourments de la guerre de Trente Ans en Lorraine, le peintre crée son Saint Sébastien soigné par Irène. De nos jours, une femme, dont nous ne saurons pas le nom, déambule dans un musée et se trouve saisie par la tendresse et la compassion qui se dégagent de l’attitude d’Irène dans la toile. Elle va alors revivre son histoire avec un homme qu’elle a aimé, jusque dans tous ses errements, et lui adresser enfin les mots qu’elle n’a jamais pu lui dire. Que cherche-t-on qui se dérobe constamment derrière le désir et la passion ?
 
En croisant ces histoires qui se chevauchent et se complètent dans l’entrelacement de deux époques, Gaëlle Josse met au cœur de son roman l’aveuglement amoureux et ses jeux d’ombre qui varient à l’infini.

Editions Noir sur Blanc - 2016 - 192 pages



8 commentaires:

  1. Il t'a moins touchée que moi. Je suis d'accord avec toi sur le moindre intérêt de l'histoire contemporaine parallèle mais l'écriture est tellement poétique...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Peut-être un peu trop poétique pour moi...

      Supprimer
  2. Je l'avais déjà noté quelque part. Bon, je ne vais pas me précipiter dessus non plus, d'autant plus que tu ne ressors pas de ta lecture avec un fol enthousiasme...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Il a pourtant séduit de nombreux lecteurs.

      Supprimer
  3. Je l'ai offert à ma sœur, j'espère qu'elle l'aimera un peu plus que toi.

    RépondreSupprimer
  4. Réponses
    1. Une petite déception de ne pas partager l'enthousiasme de la majorité des lecteurs.

      Supprimer