26 décembre 2015

Amours - Léonor de Récondo



Des vies, des amours

Beau - c'est le premier mot qui me vient spontanément pour décrire le roman. Je voulais le lire depuis un moment déjà mais il n'était jamais disponible dans ma médiathèque. Quand, un jour, je suis tombée sur un exemplaire d'occasion, je n'ai pas pu résister. L'histoire, je la connaissais déjà car, malheureusement, certaines critiques en dévoilent parfois un peu trop. Même si j'aurais préféré découvrir moi-même ce qui s'est passé dans les combles de cette demeure bourgeoise, mon plaisir de lecture a été à peine entamé.

Léonor de Récondo dont j'ai beaucoup aimé "Pietra viva", nous emmène cette fois-ci dans le Cher où vivent Victoire, mariée depuis 5 ans à Anselme de Boisvaillant, un notaire respecté, Huguette, Pierre et Céleste, leurs domestiques. Au moyen de sa plume délicate et raffinée l'écrivaine se penche sur la condition de la femme en ce début du siècle dernier, difficile et prisonnière de convenances, quelle que soit son origine sociale. Il y est question de foi religieuse, d'émancipation, d'amour interdit et de découverte du corps. L'écriture est harmonieuse et rythmée car Léonor de Récondo, également musicienne, manie les mots aussi bien que les notes. Un des coups de cœur de cette fin d'année.


Quatrième de couverture:

   Nous sommes en 1908. Léonor de Récondo choisit le huis clos d'une maison bourgeoise, dans un bourg cossu du Cher, pour laisser s'épanouir le sentiment amoureux le plus pur - et le plus inattendu. Victoire est mariée depuis cinq ans avec Anselme de Boisvaillant. Rien ne destinait cette jeune fille de son temps, précipitée dans un mariage arrangé avec un notoire, à prendre en mains sa destinée. Sa détermination se montre pourtant sans faille lorsque la petite bonne de dix-sept ans, Céleste tombe enceinte: cet enfant sera celui du couple, l'héritier Boisvaillant tant espéré.
   Comme elle l'a déjà fait dans le passé, la maison aux murs épais s'apprête à enfouir le secret de famille. Mais Victoire n'a pas la fibre maternelle, et le nourrisson dépérit dans le couffin glissé sous le piano dont elle martèle inlassablement les touches.
   Céleste, mue par son instinct, décide de porter secours à l'enfant à qui elle a donné le jour. Quand une nuit Victoire s'éveille seule, ses pas la conduisent vers la chambre sous les combles...
  Les barrières sociales et les convenances explosent alors, laissant la place à la ferveur d'un sentiment qui balayera tout.

SABINE WESPIESER EDITEUR - 2015 - 276 pages


2 commentaires:

  1. Sublime livre... quelle écriture !!!
    Je lirai certainement d'autres livres d'elle.

    RépondreSupprimer